dimanche 17 avril 2011

De la préhistoire à l'avenir de l'art

Cette murale réalisée au Musée d'art moderne de Céret en octobre 2010 reprend la contre-empreinte de mains de l'art préhistorique et que j'avais choisie au début des années 1970 pour mes toiles essuie-mains.
Je voulais souligner ainsi qu'il n'y a pas de progrès en art, dans l'histoire de l'art. Le progrès n'est pas une idée pertinente en art.
Je faisais ainsi un clin d'oeil au mouvement Support/Surface, tout en explorant le thème de l'"hygiène de l'art" avec lequel j'ai introduit l'art sociologique. L'empreinte de main est le premier geste de l'artiste vers le support de l'image. Le plus ancien et le plus fondamental. Et en accord avec la problématique de démystification des illusions et de la subjectivité de la peinture, qui dominait à l'époque de BMPT et de Support/Surface, j'avais choisi le bleu-blanc-rouge de la bourgeoisie républicaine.
Reprenant ce thème à l'échelle d'une murale dans cette exposition rétrospective, j'y ajoutai l'expression d'une distorsion et d'une souffrance qui ont cru dans notre société depuis les années 1970. Du haut vers le bas de la murale, les mains prennent en tombant des formes de plus en plus mutilées, des formes de poings crispés.
Il est prévu que cette murale sera effacée d'ici l'été 2011 - les règles du musée obligent -, pour laisser place à d'autres accrochages.
Hervé Fischer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire