vendredi 29 avril 2011

L'hygiène de l'art



Lorsque l'on tente de repenser le rôle de l'art, sa fonction sociale, son avenir le plus intéressant, il y a un moment où il faut même s'efforcer de libérer sa mémoire, oublier les modèles, les thèmes, les esthétiques, les admirations. Tenter de faire table rase du passé pour reconstruire avec plus de liberté et si possible avec une nouvelle créativité. Ne plus penser adaptation, renouvellement, perfectionnement, mais divergence, radicalement.
C'est ce que j'ai tenté au début des années 1970 en détruisant mes propres oeuvre d'art, en proposant aux autres artistes que je connaissais de m'envoyer chacun une oeuvre d'art à déchirer, en organisant des expositions hygiéniques de ces oeuvres déchirées et en parodiant les fameux panneaux interdisant d'afficher sur les murs pour me moquer de ma propre prétention artistique.
J'ai ainsi repris ma liberté toute crue.
hf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire