jeudi 21 avril 2011

Pour un art philosophique

J'ai fait mes études en philosophie, ma maîtrise avec Raymond Aron sur la pensée politique de Spinoza. Puis est survenu Mai 68. J'ai été piqué par le virus et je me suis tourné vers la sociologie de l'art, de la communication et de l'imaginaire. De là est né l'art sociologique. Sociocritique, sociopédagogique dans une pratique intense sur le terrain. Cette sociologie de l'imaginaire m'a amené à construire une théorie que j'ai appelée la mythanalyse, et qui n'a cessé de me passionner depuis, tant dans sa théorie que dans sa pratique, aussi sociologique qu'artistique. J'ai créé et publié de plus en plus sur ce thème.
Mais on dit souvent qu'en vieillissant, on revient vers la philosophie. Et c'est ce qui m'arrive depuis une quinzaine d'années. Mon retour à la peinture évolue entre sociologie critique, mythanalyse et philosophie du numérique. Me voilà maintenant avec le tweet art et la tweet philosophie. Art et philosphie se rejoignent de plus en plus étroitement pour moi, au point où je me rends compte que j'opte de plus en plus pour un "art philosophique". Que faire de ce monstre, qui me disqualifie certainement autant aux yeux des philosophes que des artistes. Je m'en suis expliqué dans L'avenir de l'art. Peu m'importe en fait le qu'en dira-t-on. J'ai assez vécu pour voir les modes passer, les idées évoluer, les bloquages se défaire, les divergences s'imposer. Je ne suis pas du genre à m'adapter aux lois du milieu artistique, ni davantage du milieu universitaire. Je ne l'ai jamais fait, j'ai toujours choisi moi-même la direction de ma barque, coupant les amarres vite et sans regret. je continuerai donc librement mon chemin selon ma seule boussole.
Hervé Fischer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire