dimanche 30 septembre 2012

Chromatisme de la société numérique de consommation


Toutes les couleurs ont leurs raisons, même celles qui déraisonnent. L.image du monde de la société numérique de consommation nage dans la crème glacée. Cette gamme de couleurs alimentaires suavement saturées appelle au plaisir de la consommation. Couleurs sucrées, couleurs euphorisantes, qui font saliver, couleurs d'un paradis alimentaire qui se mange, qui se suce, qui rafraîchit et fait jouir les papilles. Couleurs fondantes dans la bouche, pas chères, accessibles à tous. Couleurs de la classe moyenne, celle qui dépense beaucoup pour la bouffe, couleurs pas chères populaires, couleurs kitsch qui flattent le mauvais goût.
Couleurs artificielles, celles des colorants chimiques de synthèse, couleurs simulacres (goût de fraise, goût de cerise, saveur de framboise).
Couleurs à profusion de l'abondance de tous les fruits du paradis terrestre.
Et pour ajouter la cerise sur le sunday, oui comme un jour de soleil, couleurs de cornets de crème glacée de forme phallique, qui se sucent délicieusement.

vendredi 28 septembre 2012

Chromatisation


Nos images se pixelisent en fausses couleurs sur nos écrans de télévision et d'ordinateur.On retrouve ces couleurs saturées et forcées aussi bien dans l'imagerie scientifique (pour des raisons de lisibilité), que dans les étalages de crème glacée (pour séduire nos papilles gustatives). Et cette surcolorisation contamine notre sensibilité perceptive, nos usages sociaux des couleurs dans la mode, l'alimentation, la pharmacie, le design, l'architecture. Je cherche les mots pour décrire cette tendance, qui constitue à mes yeux une nouvelle structure visuelle fondamentale et spécifique de notre image du monde. Fauvisme digital, néoprimitivisme, colorisation, chromatisation? L'impressionnisme nous a imposé les touches de couleur pure. Le pointillisme l'a transformé en pixelisation avant la lettre. Le fauvisme a usé des couleurs pour exprimer son anarchisme et sa révolte contre les valeurs de la bourgeoisie. Le Bauhaus et le néoplasticisme nous ont imposé le géométrisme et les couleurs primaires. Aujourd'hui, c'est la société numérique et de consommation qui a pris le pouvoir et généralise cette gamme de couleurs dérivée des colorants artificiels alimentaires.
Voici donc le président Obama en cornet de crème glacée à la framboise pour la classe moyenne américaine.
Adopter cette chromatisation suave et sucrée, qui est tout à la fois commerciale et numérique, c'est, après mon travail sur les codes digitaux et sur le monde financier, aborder une nouvelle étape de mon exploration des structures visuelles actuelles. C'est reprendre aussi mes recherches sur la sociologie des couleurs, engagées il y a quarante ans, et me préparer, à travers cette pratique picturale que je développe, à terminer mon livre sur la théorie sociologique des couleurs, dont j'ai retardé l'achèvement depuis autant d'années, faute de comprendre suffisamment le fonctionnement social des couleurs actuel, qui était d'ailleurs en émergence seulement. Je sais désormais comment caractériser, expliquer et démystifier les usages sociaux actuels de la couleur.
C'est la peinture qui m'a permis d'avancer. Je me retrouve ainsi, comme toujours, dans un cheminement qui lie théorie et pratique, toujours aussi dans l'art sociologique, tel que je l'entends, envers et contre tout, depuis quarante ans aussi.

samedi 22 septembre 2012

vendredi 21 septembre 2012

La gamme de couleurs ice cream


Où se trouve aujourd'hui le marchand de couleurs? Plus chez le fournisseur de matériel artistique, mais chez le vendeur de glace. Les bacs enlignés de glaces de toutes les couleurs, plus saturées les unes que les autres, à la pistache, au bleuet, à la framboise, au citron déclinent toutes la gamme des colorants artificiels. Le kitsch a chassé le naturel. De la peinture crémeuse au tube grand format. C'est cela, le fauvisme digital.Nous consommons les couleurs, plus encore que les images qui les diffusent. Un environnement alimentaire, acidulé. Nous salivons les couleurs du monde. Le monde de l'estomac, qui l'a emporté sur les yeux. Et vient l'obésité de ce monde sucré, gazeux, de crème et de sucre glace. Antoni Miralda et Dorothée Selz avaient vu juste.

jeudi 20 septembre 2012

mardi 18 septembre 2012

lundi 17 septembre 2012

dimanche 16 septembre 2012

Fauvisme digital (suite)


Mitrailleuse bonbon, fraise et framboise.

mercredi 12 septembre 2012

Mort numérique

Visite du cimetière de la Recoleta à Buenos Aires avec ma tablette numérique.

Arte sociologico - arte politico



FISCHER - ROMERO / ARTE SOCIOLOGICO - ARTE POLITICO
/ Francia - Argentina / EL SISTEMA contra dos formas de violencia. Un sello de goma hecho por Juan Carlos Romero en 1974. Reproducido en el libro "ROMERO" por Juan Carlos Romero, Fernando Davis y Ana Longoni (colección conceptual, Fundación Espigas, 2010) con el siguiente texto: "En 1973 Romero participo en la exhaustiva antología de rubberstamps de artistas que el francés Hervé Fischer edito bajo el titulo Art et communication marginale. Tampons d'artistes. En el ensayo introductorio a su libro, Fischer proponía la noción de marginal media para hacer referencia a una seria de prácticas underground (entre las que ubica el mail art y el uso de rubberstamps), a las que caracterizaba como "subproductos de los mass-media, en la medida que existen y se desarrollan como reacción contra ellos". Al ano siguiente (1974) Fischer fue invitado por Glusberg para presentar en el CAYC su video Higiene del arte, como parte de "descodificación sociológica del arte". 
En esa ocasión Romero realizo ese sello de goma. 

mardi 11 septembre 2012

Fauvisme digital


Nous avons développé sur une sorte de nouveau fauvisme des couleurs sur nos écrans numériques. Non pas un fauvisme de révolte anarchiste, comme le firent les peintres du début du XXe siècle, mais un fauvisme de société de consommation, celle de la publicité, mais aussi celle de la consommation d'images. Ce sont les fausses couleurs de lisibilité chromatique de l'imagerie scientifique. une sorte d'abus kitsch aussi des colorations cinématographiques, des jeux vidéo, des industries du divertissement.
Ici quatre variantes digitales de l'Antarctique. L'Antarctique de la nuit polaire, celui de la compétition politique et militaire, celui de notre anxiété écologique et celui qui nous relie au cosmos.
(Images créées à l'occasion de la 4a Conferencia sobre la cultura y el arte de la Antartida, Bueos Aires, Septiembre 2012.

dimanche 9 septembre 2012

samedi 8 septembre 2012

dialogue polaire digital



Photo de performance d'Andréa Juan dans l'Antarctique reprise digitalement (Conférence de Buenos Aires sur l'Antarctique, 2012, lors de ma conférence sur la mythoanalyse polaire).

jeudi 6 septembre 2012

Images de l'Antarctique



1




1 - Andrea Juan: Performance dans l'Antarctique (photo)
2 - Hervé Fischer: Image digitale de l'Antarctique avec surimposition  d'une reprise numérique de la photo d'Andrea Juan, `l'occasion de la 4e Conferencia de Buenos Aires sobre la Antartida (septiembre 2012).

mardi 4 septembre 2012

La Antartida



Los polos son vinculos del planeta con el cosmos. Abstractos y cargados de energia magnetica, reales y virtuales. Un espacio de silencio blanco, vacio como una tela para la creacion.

samedi 1 septembre 2012

Violencia de la dictatura



Ricardo Fuentealba Fabio de Chile, artista me informo que había descubierto mi nombre en una lista de obras desaparecidas: 
Hervé Fisher Francia 13-sep-72 Carta enviada a M. Pedroza remitida por el embajador en Francia P. Neruda
Por lo tanto decidió de mandar a Ricardo una obra de 2012 (son 40 anos mas) evocando la violencia de la dictadura chilena.
Es el tema de las manos de mi pintura de 1972, pero no tiene nada más a ver con la desmitificación de la pintura como gesto pictural contra la vanguardia de los años 1970 (en la pratica de BMPT y Support Surface). Ahora es un gesto de denuncia de la violencia social

Obra desaparecida


"In memoriam" de una obra mandada que mqnde a Pablo Neruda para Mario Pedroza al Museo de la Solidaridad de Chile y despues desaparecida en el tiempo de la dictatura