samedi 23 juin 2018

Théorie de l'art sociologique


Mais qui donc a "inventé l'art sociologique"?
C'est bien moi, quoiqu'on ait pu dire autour de moi. Alors (1971) artiste et assistant en sociologie de l'art à la Sorbonne-Paris V, c'est moi qui ai imposé ce concept d'art sociologique en retournant le concept en toute logique, qui en ai écrit la théorie complète et inventé des pratiques, d'abord et avant tout pour moi seul. J'étais immergé dans les livres de Pierre Francastel, Lucien Goldmann, Ernst Fischer, l'École de Francfort, Marcuse, l'Internationale situationniste et Guy Debord, dans la sociologie de l'art autant que dans ma quête artistique personnelle. C'était le centre de mes pensées, la raison de la déchirure de mes propres oeuvres, de mon hygiène de l'art. Je ne voyais pas comment enseigner la sociologie de l'art sans l'appliquer à ma propre démarche artistique. Cela n'aurait eu aucun sens pour moi. Cela aurait été totalement contradictoire. Et en même temps, cela me paraissait audacieux, un peu vertigineux, radical, difficile à faire accepter dans une idéologie générale idéaliste et obsédée d'avant-garde, plus soucieuse d'inventer une idée que de comprendre son lien avec la société et la "réduire" ainsi à l'opposé du lyrisme avant-gardiste. Je ressentais ma solitude lorsque je parlais plutôt, quant à moi, de pédagogie, de participation sociale créatrice, de démarche interrogative, de "travaux socio-pédgogiques".
François Pluchart a évoqué une sensibilité sociale ou sociologique; provoqué, Bernard Teyssèdre a reconnu par écrit n'avoir pas inventé l'art sociologique et Pierre Restany n'a jamais imaginé en revendiquer une quelconque paternité, même s'il en a soutenu activement et généreusement les pratiques. 
Ce ne furent pas davantage les deux autres membres du collectif d'art sociologique, auxquels j'ai proposé en 1974 ce concept puis celui de l'École sociologique interrogative - située dans le sous-sol de ma propre maison boulevard de Charonne, Paris XIe -, concepts qu'ils ont adoptés immédiatement, en un moment de bonne entente, parce que cela correspondait alors assez bien à leurs démarches, mais qu'ils n'avaient jamais employés avant. 
Affligé, je suis resté silencieux depuis leur sabordage de l'École sociologique interrogative à laquelle je tenais tant, en 1982, sans même répondre à leurs communiqués agressifs diffusés internationalement et malgré bien des abus déclaratoires de leur part depuis (parfois très irritants), car je ne voulais pas m'engager dans des polémiques indignes. Écoeuré, j'ai même émigré au Québec, pour ne plus penser à eux et passer à autre chose: les arts numériques, en créant la Cité des arts et des nouvelles technologies de Montréal en 1985. 
Mais  cela fera bientôt cinquante ans que j'ai engagé  ma pratique d'art sociologique. Et il est temps que je parle. Cela doit être dit publiquement. 
C'est fait. 
J'ai eu une très longue patience, mais je me devais à moi-même (et non aux autres) de le dire un jour clairement et sans ambages, car mon silence pourrait être interprété contre moi. Ce sera mon hygiène de l'art rétroactive. 
Certes, ce n'est pas une grande affaire que d'avoir conçu un concept artistique aujourd'hui encore si peu reconnu. Beaucoup d'autres artistes du moment s'y seraient d'ailleurs volontiers associés sans se battre avec des propriétés intellectuelles. Je ne suis pas assez vaniteux pour en tirer beaucoup d'orgueil. Je l'ai démontré depuis tant d'années. J'ai même interrompu ma démarche pendant 15 ans, demeurant en réflexion de 1984 à 1999. 
Mais ce qui me décide aujourd'hui, c'est d'observer de plus en plus clairement le discrédit d'une dérive média-médio-cratique qui est menée au nom d'un art sociologique que je ne reconnais plus, à l'opposé de ce que j'ai théorisé. 
Si le Centre Pompidou a voulu que ma rétrospective soit titrée avec l'art sociologique, c'est évidemment parce que ma démarche est apparue comme fondatrice, en rupture avec l'air du temps des années 60-70, et que c'est en cela qu'elle était significative. Et c'est bien ainsi que je l'ai vécue, que j'y ai consacré ma vie, que j'ai construit ma vie, comme il ressort clairement de l'expo: elle raconte ma vie, la vie d'un sociologue engagé dans la sociologie, jusqu'à lui trouver un développement nécessaire dans la sociologie des imaginaires sociaux: la mythanalyse.

"... um die grauen Gewölwe Streifen rötliche Flammen dort, Verkündende, sie wallen geräuschlos auf." (Hölderlin, Des Morgens). 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire