mardi 18 décembre 2018

Ma vie d'artiste

Ma vie


Toute ma vie professionnelle s'est construite autour de cette question, qui résumait mes quêtes antérieures, que j'ai formulée à l'âge de 30 ans exactement, en octobre 1971, sur un panneau de signalisation en tôle émaillée: 


ART - AVEZ-VOUS QUELQUE CHSE À DÉCLARER?

Ma question était à la fois sociologique et mythanalytique. Sociologique parce que ce panneau de "douane culturelle" renvoyait à des clivages sociologiques au moment où émergeait en force l'avant-gardisme élitiste que je critiquais. Mythanalytique, parce que le mythe de l'art était alors déjà pour moi le mythe le plus significatif de notre rapport au monde du point de vue de la création et de l'interprétation que nous en construisons. 
Depuis, j'ai travaillé à construire une théorie et une pratique de l'art sociologique qui sont devenues aussi une pratique mythanalytique, comme en témoignent mes innombrables performances sociologiques successives dans divers groupes sociaux, grâce aux quelles j'ai pu maîtriser ma névrose d'enfant et sur la base des quelles j'ai pu construire la théorie de la mythanalyse que je propose de plus en plus publiquement. 
Je n'avais pas en tête un projet aussi clair que le compte rendu que j'en formule aujourd'hui. J'étais plutôt confronté à mes incertitudes, ma solitude, mes angoisses existentielles et je progressais sans en avoir vraiment conscience. Je ne savais pas bien comment assumer cette double activité théorique et pratique, que ni le milieu artistique, ni le milieu intellectuel, encore moins universitaire, n'étaient disposés à reconnaître. C'était par moment  - à de nombreuses et longues reprises, décourageant; parfois un petit signal de reconnaissance me relançait dans mon activisme incessant. J'ai essayé dans les années 1980-90 d'en faire mon deuil, en vain. J'y ai finalement consacré ma vie. 
Mais avec le recul du temps, aujourd'hui, à 77 ans, 47 ans plus tard, je prends pleinement conscience de l'unité de cette démarche. L'art sociologique a été ma pratique artistique, mais aussi mon analyse mythanalytique. Et la théorie de la mythanalyse que j'ai ainsi construite, était donc inséparable de ma démarche artistique. L'une a été la base de l'autre et réciproquement. J'ai passé ma vie à répondre à ma question originelle sur l'art : ces quelques mots sur tôle émaillée!
Cette question inscrite sur ce panneau de signalisation routière a donc été la plus fondamentale, la plus importante, la plus persistante de ma vie. Elle embrassait toutes les autres. Elle exigeait réponse. Il est étonnant pour moi de découvrir si tardivement qu'elle résumait ma question existentielle individuelle, sociale, théorique et pratique. Elle a commandé toutes mes questions secondaires. Elle a commandé ma vie. 
Bien sûr, il est impensable que j'y réponde pleinement. Mais je sais qu'elle a constitué l'unité de ma vie, de ma démarche artistique et théorique, l'une appelant l'autre, nourrissant l'autre et réciproquement. Au moins, cela est-il aujourd'hui devenu clair pour moi.
Et j'ai même eu le bonheur d'y fonder mon exigence éthique dans l'utopie de l'hyperhumanisme et de l'éthique planétaire qui en résulte. J'ai donc le sentiment d'avoir complété l'édifice. Mon essai sur l'hyper humanisme est aujourd'hui écrit et attend une réponse d'éditeur. 
Reste à aboutir dans la rédaction de ma théorie de la mythanalyse. Ce travail commencé lui aussi dans les années 1970 est très avancé, mais il progresse encore chaque jour et je ne sais pas le temps qu'il me faudra encore pour le juger suffisamment abouti et le soumette à un éditeur. Cela fera sans doute alors quelque cinquante ans que j'y réfléchis et que je le rédige selon diverses séquences. Je veux juste espérer que je pourrai vivre encore suffisamment d'années pour le compléter.